Chambres d'hôtes en Aveyron

Au confluent du Lot et de la Truyère, face au charmant village d'Entraygues-sur-Truyère, notre maison familiale vous offre un petit havre de paix pour quelques jours en chambres d'hôtes, le temps de découvrir l'étonnante variété des pays de l'Aveyron. A deux pas de l'Aubrac, des chemins de Saint-Jacques -de-Compostelle (GR65), de Conques, entre Rodez et Aurillac, près d'Estaing ou Espalion... Laissez-vous tenter !

vendredi 26 février 2016

Les surprises de la nature au Confluent

Déjà victime plusieurs fois des visites du goupil, j’avais, sur le conseil d’un ami, installé sur la cabane de mes poules une « porte automatique à fermeture et ouverture crépusculaires » (PAFOC).


Pour environ 100 € cette petite merveille, dont les 2 piles peuvent tenir jusqu’à 4 ans, s’ouvre pour laisser sortir les poules peu après le lever du soleil.
Elles peuvent ainsi, bien avant l’arrivée du maître et de la ration quotidienne, se mettre à picorer les restes de la veille et les herbes qui parviennent encore à pousser dans leur enclos.

Et au coucher du soleil, bien après que les gallinacés sont rentrés, automatiquement la porte se referme, les protégeant de visites nocturnes des prédateurs, nombreux en cette région : renard, fouine, martre ou même blaireau.

La PAFOC me garantissait contre l’oubli de refermer la porte les soirs de sortie ou de rentrée tardive, et m’autorisait à traîner le matin avant d’aller porter leur pitance à mes volatiles. Le confort et la sécurité ! De plus la PAFOC simplifiait la gestion de nos absences : la personne chargée de veiller sur nos volatiles pouvait se contenter de venir une fois par jour pour ramasser les œufs et remplir la mangeoire.




C’est ainsi qu’ont vécu tranquillement nos pintades et nos poules, nous donnant jusqu’à 900 œufs par an, nous permettant omelettes copieuses et pâtisseries variées, réjouissant quelques amis bénéficiaires de nos surplus. Tous les jours en effet je comptabilisais minutieusement chaque œuf récolté, le numérotant et le datant, et reportant le bilan sur l’agenda. 


Mais … « en toute chose il faut considérer la fin » dit-on au Togo…

Le 1er décembre dernier, prévoyant d’assassiner l’une de nos pintades en vue des repas de Noël, j’envisageais d’aller l’attraper dans son sommeil après le coucher du soleil et la fermeture des portes. Mais c’est évidemment ce soir-là que les 2 pintades ont décidé de ne pas rentrer au logis et de rester dans l’enclos mais à l’extérieur de la cabane. Avaient-elles une intuition ? Laquelle ? Il me fut impossible de les récupérer pour les remettre en bonne place, l'une dans la cabane, l'autre dans un carton en prévision de son égorgement le lendemain matin.


Résigné et vexé je m’étais promis de remettre l’opération au lendemain soir.
Mais le 2 décembre  au premier point du jour, nous entendîmes gémir une pintade et je me précipitai donc vers le poulailler. Plus je m’en approchais, plus j’entendais s’éloigner les gémissements pintadesques dans les fourrés voisins. Arrivé dans l’enclos je découvre une pintade décapitée, encore toute chaude… l’autre a disparu, kidnappée vivante par maître Renart.


Après tout, telle est la Nature qu’il faut toujours être prêt à partager : quelques salades pour les limaces, quelques topinambours pour les rats taupiers, des cerises pour les pies, le miel des abeilles pour nous, les œufs de nos poules pour les voisins…


Ne me restaient donc que les 6 poules (les oies ne partagent pas le même logis). Mais la farce n’était pas complète.

Ce 12 février matin, allant gaîment porter leur petit déjeuner, particulièrement copieux ce jour-là, riche des nombreux déchets du festin de la veille, je découvre avec inquiétude qu’aucune poule n’est sortie. Derrière la PAFOC ouverte, l’entrée de la cabane est jonchée de plumes blanches ! Et j’y ramasse le coq et une poule décapités, morts de décérébration, et les 4 autres le cou brisé, mortes de tétraplégie.



Dans mon désespoir, une consolation : le goupil me les a laissées et elles sont encore chaudes. Il m’a suffi de la journée pour les plumer et vider. Il faisait beau ce jour-là et c’est au soleil que j’ai pu me livrer à cette opération de recyclage.













Notre réfrigérateur ne suffisait plus et nous avons donc décidé de mettre rapidement le coq à la marinade, dans le vin blanc du Fel et mon vinaigre de vin, avec deux lapins de garenne offerts par un ami, ainsi qu’un jarret de veau et une échine de porc, conformément à la recette traditionnelle.



Précédé d’une chuche-mourette, le potjevleesh a été très apprécié de nos invités, accompagné d’une salade flamande avec des chicons, suivi d’un bon morceau de Maroilles et d’une crème brûlée à la chicorée. Occasion pour eux de découvrir la cuisine Chti, bien différente des petits plats aveyronnais (voyez sur notre blog « venez vous régaler au marché des producteurs »).

Les invités avaient eu la gentillesse de nous apporter une composition « le coq et le renard » dans laquelle un grand roi de basse-cour humilie un rusé miniature… comme j’aurais souhaité que le fasse mon gélinot maladroit.


Et voilà ma PAFOC qui monte et descend inutilement matin et soir, en attendant que j’aie trouvé la parade préventive pour reconstituer ma basse-cour.




Mais cette fois je leur ferai lire chaque soir la fable de Jean de la Fontaine.

Ou, mieux, je la leur dirai à haute voix.







Voyez la chambre Pendjari, la suite Bandjoun et le studio Bogolan

La nuitée pour deux personnes : 55 € à Pendjari, 65 € à Bandjoun, 75 € à Bogolan

15 € par personne supplémentaire.
Petits déjeuners compris.
WiFi offert.
Formule "gîte" à la semaine à Bogolan : nous contacter




Chambres d'hôtes 'Le Confluent'
route de Decazeville,
12140 Entraygues-sur-Truyère
Tél. : 33 (0)9 64 11 05 70  -  33 (0)6 43 50 06 62
leconfluent




Vous pouvez aussi demander des renseignements directement en laissant un commentaire ci-dessous.